Encadrement des femmes et des jeunes pour favoriser l’action collective, soutien à la scolarisation et aux activités de jeunesse.

Contexte et enjeux : Les familles installées sur des terrains d’invasion à la périphérie de Magangue sont fragilisées par leur histoire de déplacement et par le manque d’organisation et d’infrastructures de ces quartiers. Elles ont perdu leurs repères, s’insèrent dans un tissu social fragilisé, ne connaissent pas leurs droits et ne voient pas comment aller de l’avant. Elles craignent de voir grandir leurs enfants dans un univers marqué par la violence et la délinquance, mais se sentent impuissantes.

But du projet : Permettre aux familles de s’organiser pour d’éduquer leurs enfants dans un cadre stable, créer des espaces socialisation positives et soutenir les dynamiques communautaires de reconstruction.

Bénéficiaires : 250 familles pourront ainsi construire leur futur et celui de leurs enfants

Actions principales :

  • Encadrement et formation d’associations de femmes et de jeunes pour développer l’action communautaire et recréer un tissu social sain
  • Soutien à la scolarisation des enfants, avec un appui scolaire et des repas à midi
  • Activités récréatives pour donner aux enfants et aux jeunes des espaces où occuper sainement leur temps libre et d’acquérir des valeurs de vivre ensemble communautaire

Atout : Au sein des familles, les actions proposées ont déjà permis de resserrer les liens et de combler les fractures laissées par le traumatisme du déplacement

Coût du projet : CHF 70’400.- par année dont 80% sont couverts par le soutien du Canton de Vaud et de la Coopération Suisse, par l’intermédiaire la FEDEVACO

Besoin financier : Pour l’année 2017, CHF 5’400 francs sont encore recherchés.

Avec le processus de paix en cours, les régions marquées par le conflit espèrent entrer dans une période plus stable. Cependant, très peu de déplacés auront réellement la possibilité de retourner chez eux. Leur futur s’inscrit désormais dans les quartiers périphériques des villes où ils ont trouvé refuge et commencé une nouvelle vie. L’important est de les accompagner dans cette réorganisation en les aidant à obtenir l’attention et le soutien des autorités locales.

Concrètement :

  • Associations de femmes et jeunes : Il s’agit de créer et soutenir dans chaque quartier une association qui puisse se poser comme interlocuteur de référence vis-à-vis des autorités pour demander des améliorations des infrastructures et participer à leur mise en œuvre (installation d’un château d’eau, transformateur électrique, de conduites de gaz ). Ces associations ont également pour fonction d’encadrer les activités de développement du quartier et de gérer les centres communautaires.
  • Soutien à la scolarisation : Il s’agit d’abord d’informer et conseiller les parents pour que leurs enfants aient accès à l’école publique, puis d’offrir dans chaque quartier un appui scolaire avec des méthodes pédagogiques ludiques, spécialement indiquées pour compenser les difficultés liées aux carences économiques et sociales. Un soutien nutritionnel est également offert à 200 enfants particulièrement défavorisés, pour éviter la dénutrition ou compenser une dénutrition déjà existante qui péjore leurs capacités d’apprentissage.

Activités récréatives : Des cours de danse, foot et musique sont proposés chaque semaine à 170 enfants et pré-adolescents. Le but est de leur transmettre des valeurs de paix qui favorisent une vie communautaire sans violence. Pour le foot, c’est une méthode alternative qui est enseignée, le Colombiao, un jeu collaboratif pour apprendre le respect de l’autre et l’équité de genre. Les enfants ont aussi l’occasion de participer à la culture d’un jardin potager collectif.